Philip K. ou la fille aux cheveux noirs

Texte et mise en scène Julien Villa

distribution

Avec Vincent Arot, Laurent Barbot, Benoît Carré, Antoine Cegarra, Nicolas Giret-Famin, Lou Wenzel, Noémie Zurletti

Production : Compagnie Vous êtes ici la propagande asiatique, Mara Teboul - L’œil écoute
Coproduction : CDDB - Théâtre de Lorien, L’Empreinte Scène nationale Brive-Tulle
Soutien : Plateaux sauvages, The Play Company, l’Institut Français

En 1974, après une révélation mystique, l’écrivain américain culte de science-fiction Philip K. Dick se lance dans un travail d’introspection titanesque. Lui qui a déjà écrit Ubik et Les androïdes rêvent-tils de moutons électriques (Blade runner), entame Exégèse, ce texte inachevé dont le fil conducteur tient à cette question : quel réel cache le réel ? Une question qui, pour Julien Villa se prête à merveille au théâtre. Moyennant quoi, il a créé le personnage de Philip K., écrivain raté qui tente de reconstituer le manuscrit d’un roman qu’on lui a volé. Julien Villa et ses camarades de jeu nous entraînent dans un vrai-faux récit de ses obsessions, naviguant de la violence de l’ultra-capitalisme à la conviction d’avoir voyagé dans le temps. Dans ce chassé-croisé entre réalité et hallucinations, anarchisme et complotisme, on croise une nuée de personnages atypiques comme Joseph K de Franz Kafka ou Don Quichotte.