Harlem Quartet

D’après le roman de James Baldwin Just Above my head

Adaptation et mise en scène : Élise Vigier
Adaptation, traduction, dramaturgie : Kevin Keiss
Collaboration artistique : Nanténé Traoré
Images : Nicolas Mesdom
Musique : Manu Léonard, Marc Sens, Saul Williams

distribution

Avec : Ludmilla Dabo, William Edimo, Jean-Christophe Folly, Nicolas Giret-Famin, Nanténé Traoré, Makita Samba

Décor construit par les ateliers de la Comédie de Caen

Production
Théâtre des Lucioles-Rennes

Coproduction
Comédie de Caen - CDN de Normandie, la Maison des Arts et de la Culture de Créteil, le Théâtre National de Bretagne-Rennes
Avec l’aide de Institut Français & Région Bretagne, La Chartreuse –Centre National des écritures du Spectacle, Face Contempory Theater programme développé par Face Foudation et les services culturels de L’Ambassade de France aux Etats-Unis, financé par la Florence Guld Foundation, l’Institut Français et le Ministère Français de la Culture et de la Communication, L’Avant-Scène-Princeton University’s Department of French and Italian Theater Workshop, de la SPEDIDAM et de l’ADAMI.

Avec la participation artistique du Jeune Théâtre National-Paris
Remerciements Service Culturel de l’Ambassade de France à New-York et au 104-Paris

À la mort de son frère Arthur, Hall Montana se souvient, raconte et retrace, trente ans plus tard, la vie de sa famille, de ses amis, une communauté noire américaine vivant à Harlem dans les années 50/60 : Julia, la jeune évangéliste qui enflamme les foules, Jimmy, son petit frère souffre-douleur, Arthur, qui manifeste déjà son talent de chanteur de gospel, et lui-même, le frère aîné d’Arthur, qui s’apprête à partir pour la guerre en Corée. À travers le deuil de Hall Montana pour son frère et l’amitié de ces quatre jeunes noirs américains dans les années 50, c’est toute une partie de l’histoire de l’Harlem et des États-Unis des années 60 et 70 qui est décrite.
Un Harlem traversé par l’amour, la religion, la souffrance. Élise Vigier propose avec Harlem Quartet une plongée dans l’écriture sensuelle de James Baldwin mort en 1987 et qui a longtemps vécu en France. L’occasion de découvrir ou redécouvrir cet immense écrivain qui a participé aux côtés de Malcom X et Martin Luther King, à la lutte pour les droits civiques des noirs américains