Prendre cher

commissariat : collectif j’aime beaucoup ce que vous faites – Antoine Giard – Ludivine Mabire & Alexis Debeuf
avec André André, Pascal Casson, Florinda Daniel, Pascal Dickens, Jean-Jacques Dumont, Dymanche, Aurélie Guérinet, Izypt, Jésus-Marie-Josette, Melissa Merinos, Louise Moulin, Émilie Moutsis, Lison de Ridder, Laura Simi & Alexie Turgis.


Du 02/11/2020 au 18/12/2020

Théâtre d’Hérouville
Entrée libre

Le 18 mars 1969, après sept mois passés en mer, Bernard Moitessier choisit de continuer sa longue route. En poursuivant jusqu’au Pacifique, il renonce à gagner la course alors qu’il est en tête. Il expédie depuis son voilier, à l’aide d’un lance-pierre, ce message sur la passerelle d’un pétrolier : « Je continue sans escale vers les îles du Pacifique parce que je suis heureux en mer, et peut-être aussi pour sauver mon âme. » C’est avec ce récit que Corinne Morel Darleux introduit son ouvrage Plutôt couler en beauté que flotter sans grâce. Il y est question de refus de parvenir, de cesser de nuire, de dignité du présent. Contre l’égalité des chances, l’autrice défend la possibilité du choix. Dans un monde mauvais, face aux restrictions sensorielles et émotionnelles, certain·e·s choisissent de tracer leur propre voie. Sur ces chemins dissidents, à contre-courant, iels avancent, défrichent, déconstruisent et s’emparent de nouveaux espaces. L’exposition Prendre cher dessine leurs trajectoires.

Autour de l’exposition prendre cher
Dimanche 29 novembre – Au 24, rue de Bretagne à 16h – gratuit
Discussion entre Aurélien Catin, auteur de Notre condition (Riot Editions, 2020), et Émilie Moutsis (La Buse), artiste présentée dans l’exposition prendre cher.

Est-il possible d’envisager un salaire pour les artistes et une allocation des ressources équitable pour les travailleur⋅ses de l’art et les lieux de diffusion ?
L’auteur Aurélien Catin et l’artiste Émilie Moutsis viennent partager des réflexions et des expériences qui dessinent une autre économie de l’art et des savoirs.
À travers cette perspective, iels imaginent d’autres lieux et formes de vie désirables au-delà du paysage romantique de la précarité.

Rencontre proposée par le collectif j’aime beaucoup ce que vous faites

Partager : Facebook