Il faudra bien un jour que le ciel s’éclaircisse

Mise en scène Frédéric Hocké avec la collaboration de Max Legoubé et Léopold Frey
Texte Loo Hui Phang
Éditions Futuropolis

distribution

Avec Fanny Catel, Max Legoubé, Benoît Leblond, Arnaud Louski-Pane, Violaine Decazenove

Musique Léopold Frey, Guiseppe Colombi
Violoncelle et arrangements Benoît Leblond
Scénographie et costumes Violaine Decaznove
Construction Marionnettes Mazette! et Compagnie sans soucis
Lumières et vidéo Cédric Enjoubault
Décors réalisés avec la participation de l'atelier de la Comédie de Caen

Dans un monde en pleine déliquescence, une bande d’enfants refuse la fatalité et décide de partir vers un ailleurs plus souriant. Le chemin sera périlleux, mais également révélateur : au travers de luttes de pouvoir qui mettront le groupe à rude épreuve et face à la réalité se dessine peu à peu la fin d’une utopie. Chacun saura-t-il trouver sa place et poursuivre la route, y croire encore quand tout semble perdu, se battre sans relâche en attendant que le ciel s’éclaircisse ?

La Compagnie Sans Soucis s’est attachée à rendre cette fiction onirique, comme une longue marche initiatique forcée vers l’âge adulte. Entre rêve et cauchemar, les marionnettes réalistes et les projections créent un théâtre sensoriel et suggestif.