Al Atlal, chant pour ma mère

Norah Krief et Frédéric Fresson

distribution

Avec Norah Krief, Frédéric Fresson, ou Antonin Fresson, Lucien Zerrad et Mohanad Aljaramani

Production : La Comédie de Valence CDN Drôme-Ardèche ; Compagnie Sonnets.
Coproduction : Comédie de Béthune-CDN, Compagnie Lacascade.
Avec le soutien de la DRAC Île de France, de La Colline - théâtre national et de l’Institut Français Royaume-Uni.

Spectacle chanté en français et en arabe, spectacle de la réconciliation avec les origines et l’enfance, Al Atlal veut dire « les ruines » et c’est sur les ruines du temps et des êtres en-allés que Norah Krief convoque le souvenir d’Oum Kalsoum, considérée encore aujourd’hui comme la plus grande chanteuse du monde arabe. Elle chantait la liberté le plus librement du monde et ce chant lui rappelle la femme très libre que fut sa mère. Pour accompagner l’actrice que les spectateurs de la Comédie de Caen ont découvert dans les spectacles d’Éric Lacascade, il y a son complice Frédéric Fresson, pianiste et compositeur, ainsi que Yousef Zayed et Lucien Zerrad, qui jouent de l’oud et des percussions. Norah Krief a conçu son récital comme une lettre à sa mère, envoyée un peu trop tard, mais que le public reçoit à temps, avec émotion.

documents