En attente

Adaptation de Stabat Mater, Passion selon Jean et un extrait de Chère Médée de Antonio Tarantino
Editions : Les Solitaires Intempestifs / L’Arche est agent théâtral des textes représentés
Traduction : Michèle Fabien et Jean-Paul Manganaro
Regard final sur l'adaptation : Brigitte Buc

Mise en scène et adaptation : Frédérique Loliée

distribution

Avec : Evelyne Didi, Charlotte Clamens, Yann Boudaud, Pascal Tokatlian

Son & musiques : Teddy Degouys
Décor & lumières : Yves Bernard
Régie générale & lumières : Gaëlle Fouquet
Costumes : Laure Mahéo
Assistanat mise en scène : Maybie Vareille et Philippe Marteau
Construction des décors : Philippe Cottais

Production : Les Lucioles - Rennes / Cie Robert Trenton - Mézilles
Co-production : Théâtre la Paillette, Rennes / Comédie de Caen, CDN de Normandie
Avec le soutien : Ville de Rennes Résidence au Théâtre Guy Ropartz, département de l’Yonne / DRAC Bourgogne Franche Comté, DRAC & Région Bretagne, Département d’Ille-et-Vilaine, La Chartreuse – Centre national des écritures du spectacle.

Tout se passe dans l’administration : sécurité sociale, allocations familiales, commissariat, hôpital. Une femme recherche son fils, un homme schizophrène qui se prend pour Jésus, attend sa carte d’identité… Les personnages de l’auteur italien Antonio Tarantino sont ignorants, intelligents, drôles, terrifiants. Ce sont des personnages du peuple, ceux qui gardent les tickets de réductions de quelques centimes aux caisses de supermarchés, qui jugent les immigrés, les étrangers, qui pourraient voter Front National tout en étant eux-mêmes dans l’abandon, l’exclusion sociale ou l’humiliation.
Frédérique Loliée, que l’on a souvent vu comme actrice sur les plateaux de la Comédie de Caen (La République du Bonheur, Demoni, Let’s go, Esmerate) est cette fois la metteure en scène d’une comédie noire décrivant un monde où l’individu n’a plus la possibilité de rêver, mais ne peut s’empêcher de se recréer, de se remettre dans le circuit, dans la circulation du commun, dans le fait d’être en commun.