Portrait René Allio

Mise en scène : Élise Vigier à partir d’extraits des Carnets Allio proposés par Marguerite Vappereau

distribution

Avec : Marc Bertin
Régie : Baptiste Galais

De 1958 jusqu’au crépuscule de sa vie, René Allio, a tenu avec constance un journal dans de petits carnets qui l’accompagnaient partout. Cette écriture sensible et vivante suit son travail au jour le jour, et rend aussi bien compte de ses désirs, de ses espoirs que de ses doutes. Les Camisards (1970), Rude Journée pour la reine (1973), Moi, Pierre Rivière ayant égorgée ma mère, ma sœur et mon frère (1975) apparaissent comme les grandes étapes de la mutation de ce scénographe incontournable du théâtre français en cinéaste. On découvre tour à tour Allio peintre, Allio regardeur, Allio spectateur, Allio créateur, mais avant tout un homme éminemment témoin de son temps.
Ce portrait s’intéresse à la période qui va de la réalisation de La Vieille Dame indigne, au début des années soixante, jusqu’au début des années quatre-vingt, quand il tourne L’Heure exquise, film autobiographique, à mi-chemin entre fiction et documentaire. Comment René Allio parvient-il à une écriture cinématographique de l’intime, entre souvenirs, récits et histoire ?

documents