Portrait Berthe Morisot

Un projet de : Laëtitia Guédon
Avec : Séphora Haymann
Cie 0,10

Dans le cadre du festival Normandie Impressionniste

distribution

Production Comédie de Caen-CDN de Normandie

Manet, Monet, Pissarro, Sisley, Degas…
Ces noms sont aujourd’hui associés à des chefs-d’œuvre.
Pourtant, en mai 1863, s’ouvre le Salon des Refusés rassemblant les artistes exclus par les membres de l’Académie.
Le fameux « Déjeuner sur l’herbe », déclenche à l’époque l’une des polémiques les plus violentes de l’histoire de l’art du 19e siècle. On raille la nudité d’une femme au milieu d’hommes habillés, on critique l’absence de profondeur et de perspective, on y déplore l’obscénité rendue par la modernité des personnages.
Oui, le Salon des Refusés rassemblent ceux dont on refuse la modernité.
En voici une autre, une « refusée » de cette période de l’histoire de l’art dont on ne vient de citer que des hommes, Berthe Morisot.
C’est une femme, peintre, respectée et admirée par ses camarades impressionnistes, avec qui elle fonde le groupe d’avant-garde des « Artistes Anonymes Associés ».
Elle est la belle-sœur de Manet, fait figure de « rebelle ».
Guichard, dont elle sera l’élève, préviendra sa mère : « Avec des natures comme celle de vos filles, ce ne sont pas des petits talents d’agrément que mon enseignement leur procurera ; elles deviendront des peintres. Dans le milieu de la grande bourgeoisie qui est le vôtre, ce sera une révolution, je dirais presque une catastrophe. Êtes-vous bien sûre de ne pas me maudire un jour ? »
A travers ce portrait nous témoignerons de cela : la transformation d’une catastrophe annoncée en révolution artistique.