Histoire

La Comédie de Caen – CDN de Normandie : un lieu exemplaire de la décentralisation

En 1969, le metteur en scène Jo Tréhard s’installe avec son équipe au 32 rue des Cordes dans une ancienne salle paroissiale qu’il aménage et transforme en théâtre. En effet, après les évènements de 1968, la Mairie de Caen ne le souhaite plus à la direction du TMC, théâtre maison de la culture de Caen. Face à cette situation difficile, le ministère lui affirme son soutien en lui donnant quelques moyens supplémentaires et délivre à la Comédie de Caen
le label de Centre Dramatique National.

À son décès en 1972, c’est son assistant Michel Dubois qui reprend la direction jusqu’en 1997. L’ouverture du Théâtre d’Hérouville en 1987 offre à la Comédie de Caen une très grande et belle salle de 700 places, un atelier de décors et de costumes, d‘importants espaces d’exposition et des bureaux. Avec le Théâtre des Cordes et la Halle aux Granges en centre-ville comme salles de répétitions, la Comédie possède désormais des équipements adaptés pour répondre aux besoins d’un Centre Dramatique National et pouvoir accompagner des artistes, créer, accueillir de nombreux spectacles et d’en faciliter l’accès au plus grand nombre.

La Comédie de Caen fait donc partie depuis 50 ans de cet important réseau des Centres Dramatiques Nationaux : 38 centres à travers la France dont 3 en Normandie avec Rouen et Vire. 50 ans d’une riche histoire avec de nombreuses et importantes créations et la découverte en France de nouveaux auteur·trice·s d’origine française, allemande ou anglaise. Dès les années 1970, Michel Dubois et ses proches, Claude Yersin ou Daniel Besnehard feront entendre Handke, Barker, Kroetz, Fassbinder, Bond… Avec la présence de nombreuses actrices et acteurs : Évelyne Istria, Florence Georgetti, Jacques Gamblin, Jean-Marie Frin, Jean-Claude Frissung, Claude Alexis, Hélène Vincent, Alain Libolt, Pierre Dios, Alain Moussay, Michel Chaigneau, Christophe Grégoire…
Un grand nombre de metteur·euse·s en scène débutent ou développent leurs aventures également au CDN de Caen : Antoine Vitez, François Tanguy, Jean Bouchaud, Jean-Pierre Sarrazac, René Loyon, Daniel Girard, Jean-Yves Lazennec, René Fix, Mathilde Heizmann…

En 1997, Éric Lacascade prend la direction pendant 10 ans et développe notamment un Centre de recherche et d’expérimentation théâtrale et initie des projets à l’international avec la venue régulière d’artistes comme Rodrigo Garcia, Romeo Castelluci ou Pippo Delbono.

De 2007 à 2015, Jean Lambert-wild lui succède, et poursuit le travail sur les écritures contemporaines, sur les formes pluridisciplinaires avec l’invitation d’artistes comme Giselle Vienne ou Phia Ménard, et l’axe au niveau international avec entre autres le Festival Les Boréales.

Marcial Di Fonzo Bo, Élise Vigier – artiste associée à la direction – et Jacques Peigné directeur délégué -, sont nommé·e·s en 2015 pour un premier mandat de quatre ans : cinq artistes associé·e·s vont créer et marquer leur présence tout au long de ce mandat ainsi que bon nombre d’auteur·trice·s et acteur·trice·s. Ces années ont aussi permis l’amplification du développement international avec des artistes comme Suzanne Osten, Christiane Jatahy, Rafael Spregelburd, Marcus Lindeen, Anne-Cécile Vandalem, Tiago Rodrigues… Des grands noms ont également été invités comme Claude Régy, Matthias Langhoff ou Jean-Pierre Vincent.

Cette direction a été reconduite pour un nouveau mandat de trois ans en 2018.