Models & Scores

une exposition de THE BELLS ANGELS + guests
Tristan Garcia, Marguerite Vappereau, et les étudiants de l’école des Beaux-Arts de Paris : Aïda Bruyère, Rayane Mcirdi, Humbros, Tangui Marchand, Collectif Païen, Shu le Puck, Samos, Stéphane Gilles-Pick. Thierry Weyd et les étudiants de la mention Éditions de l’ésam Caen/Cherbourg.


Du 23/01/2017 au 07/03/2017

Comédie de Caen, Hérouville Saint-Clair

Vernissage :

24/01 Théâtre d’Hérouville
18h30 – INTRO Models & scores
21h30 – Chapitre 1 / PROVIDENCE
26/01 Théâtre des Cordes
21h30 – Chapitre 2 / SOFTLOVE
27/01 Théâtre d’Hérouville
18h00 – Chapitre 3 / SCRIBE TEASE
Conférence Marguerite Vappereau: R. Allio, LA VOIX DES ARCHIVES
28/01 Théâtre d’Hérouville: 16h00 – Final / NOUS
Conférence Tristan Garcia
Concert et performances

Pour l’exposition Models & Scores du duo The Bells Angels, l’activité du théâtre donne lieu à un scénario qui se déploie sur cinq jours pendant lesquels le théâtre est transformé en une machine à produire du texte, à infiltrer la parole avant de se xer dans l’espace d’exposition. À travers la cap- tation de spectacles et conférences qui se déroulent dans la salle de spectacle du théâtre des Cordes, du théâtre d’Hérouville, sur la mezzanine, dans le panorama, un programme structuré en plusieurs chapitres donne lieu à plusieurs stratégies de transcription. Au cœur du dispositif, une plateforme centrale – théâtre des opérations – capte, encode, retraite l’événement par le biais de différents outils techniques d’ enregistrement et de reproduction (ordinateurs, webcams, vidéoprojecteurs, impri- mantes, scanners, photocopieuses). Elle est activée par The Bells Angels ainsi que par les étudiants de l’ésam Caen/Cherbourg et des Beaux-Arts de Paris. Le signal y subit des distorsions accidentelles ou volontaires produites par un détournement minimal (glitch, dictée ou synthèse vocale…). L’amplification de ces défaillances fait apparaître de nouvelles signi cations.
Si l’ère numérique est caractérisée par un flux d’informations incessant et excessif, à l’inverse, la dématérialisation des données bouleverse profondément notre rapport à la conservation et à l’archive. Par la production d’une archive selon un scénario, dans un temps dé ni, l’exposition s’écrit dans une forme d’urgence et offre une réaction organique à cette situation.
À l’instar des fragments textuels qui parasitent la communication graphique du théâtre, les mots et images altérés dans l’espace du panorama résonnent comme un déjà-vu.

Audrey Illouz

Partager : Facebook